Marie-Charlotte Dubois

C’est une verité qui est devenue un dicton général. Effectivement, la première impression basée sur notre apparence est difficile à briser. Les uniformes révèlent quelque chose de notre emploi, les couleurs ont une influence sur notre humeur et de retour à la maison, la cravate est mise de côté. Autrefois, les choses n'étaient pas différentes et notamment dans les milieux religieux, les codes vestimentaires étaient stricts. Ainsi la tenue vestimentaire montre immédiatement à quel ordre la personne appartenait et la manière dont les rangs religieux étaient répartis entre eux. Les portraits des abbés des Dunes nous en donnent un aperçu.

Un nouveau chemin?

l'Abbaye des Dunes appartenait à l'ordre cistercien, qui a vu le jour en 1098 sous la direction de Robert de Molesme. Cet ordre est issu de l'ordre bénédictin ; une réaction pour une application plus stricte de la règle de Bénédict..... Les moines des Dunes de Koksijde se sont très probablement inspirés de Bernard de Clairvaux lors d'un de ses voyages dans nos régions. Ils ont rejoint l'ordre en 1138.

L'observation plus stricte de la pauvreté et de l'ascétisme n'était pas le seul moyen de se distinguer des Bénédictins. Les moines cisterciens ont également emprunté une voie différente avec leurs habits. L'habit noir des Bénédictins, en signe de pauvreté et d'humilité, a été remplacé par les nuances naturelles de la laine, de couleur plutôt blanche. Cela symbolisait leur recherche de la vraie lumière et de la perfection divine. La robe non teintée était l'expression de leur recherche de la pauvreté absolue. Pour les cisterciens, l'inversion des couleurs était un signe de leur rejet face à l'ostentation colorée et décorative que les bénédictins s'étaient appropriée au fil des années.

L'austérité dans les portraits d'abbés au Grand Séminaire de Bruges 

La série de portraits d'abbés figurant dans le réfectoire du Grand Séminaire de Bruges montre les abbés qui ont dirigé l'Abbaye des Dunes à Bruges à partir de 1627. L'abbé des Dunes Bernard Campmans (1623-1642) a réussi à relocaliser l'abbaye à Bruges, où l'abbaye a vécu pendant quelque 170 ans. Les portraits des dix-septième et dix-huitième siècles illustrent les abbés de Campmans jusqu'à Robert van Severen (1748-1792), dans leur habit sobre bien connu. Ils portent un habit blanc surmonté d'un scapulaire noir. Il s'agit d'un vêtement d'épaule qui se ferme à l'avant sur la poitrine ainsi qu'à l'arrière, d'une largeur d'environ trente centimètres et qui arrive juste au-dessus du bas de l'habit. Les deux vêtements sont maintenus ensemble par une large ceinture en cuir.

Dans la série du Grand Séminaire il apparaît que les abbés ont fortement adhéré à cette tradition. Pendant un demi-millénaire après la fondation de l'abbaye cistercienne de Koksijde, ils se sont encore laissés représenter de manière modeste. Les abbés des Dunes ont donc estimé qu'il était important, en tant que membres de l'ordre cistercien, de conserver la tenue sobre dans leurs portraits.